Voilà la première affirmation que j’entends généralement de la part de mes clients lorsqu’il est question de prendre les mesures pour leur premier vêtement compressif. Cependant, le choix du tissu dépend principalement d’une chose: l’ampleur de l’œdème à contrôler.

Pour permettre de bien saisir les besoins à considérer, prenons l’exemple d’une pompe. Un vêtement compressif agit comme une pompe qui fait circuler le sang et la lymphe, celle-ci ne pouvant plus se déplacer de façon naturelle uniquement. Le médecin prescrit un degré de compression représenté en millimètres mercure (20-30mmHg par exemple). La pression prescrite s’exerce alors sur la région atteinte. En plus de cette compression liée à l’élasticité des bandes, le tissu joue un rôle de barrière. Plus l’oedème à contrôler est important, plus le tissu doit être épais.

Bien sûr, il est nettement plus agréable de porter un vêtement compressif en tricot circulaire, mince au toucher. Par contre, ce type de tissu ne convient qu’à l’œdème léger puisqu’il épouse parfaitement le corps et tous ses renflements, ce qui peut causer des garrots qui couperont la circulation sanguine et lymphatique et provoqueront ainsi l’inverse de l’effet recherché. Par contre, un tissu plus épais tissé à plat et épousant moins le corps n’entrera pas dans les replis causés par l’oedème et offrira une plus grande barrière à celui-ci en offrant une plus grande résistance à l’étirement. Il est donc important de comprendre que le choix du tissu est directement lié au type de problème présenté par le client.

Généralement, une fois le vêtement ajusté et porté pendant plusieurs jours, les résultats obtenus s’avèrent tellement positifs que les clients sont heureux et n’ont plus d’objection quant à l’épaisseur du tissu.

Étant donné que l’ajustement, le style et le matériau influencent l’aspect et le confort du vêtement (et le désir de continuer à le porter), mon prochain billet portera sur ce que l’on trouve sur le marché parce que oui, il y a de belles choses tout de même!

Naïla Nehme
Orthésiste, Actimed